Factories of the future FR

La marge de manœuvre illimitée dans la mise en forme et les options de personnalisation, d’efficacité des matériaux, d'allègement des pièces... offertes par la fabrication additive font l’unanimité. Dans la pratique, il ne faut plus qu’une imprimante 3D pour atteindre son objectif. La conception surtout requiert une tout autre approche et un autre état d’esprit de la part du concepteur. C’est pourquoi nous apportons des éclaircissements sur certaines questions essentielles dans une série d'articles de blog : en quoi la conception est-elle différente en fabrication additive, quels sont les méthodes et logiciels et comment s’y prendre ? 

Les produits du futur seront plus petits, plus légers et plus intelligents. Leur création repose sur la maîtrise de technologies nouvelles et comporte de nombreux défis, notamment dans le domaine de la plasturgie. En effet, l’allègement des produits passe plus que jamais par les matières plastiques et notamment leur mise en forme à l’échelle micro. Mais si le moulage par injection est une méthode efficace et économique pour fabriquer de grandes pièces plastiques, la production de pièces miniaturisées et/ou complexes nécessite l’utilisation de technologies spécifiques.

Le Centre UE-Japon organise du 25 au 29 juin une formation intensive de cinq jours s’adressant aux cadres européens initiés à la méthode World Class Manufacturing. Le programme inclut diverses conférences ainsi que la visite d’un certain nombre d’entreprises japonaises de pointe dans le but d’améliorer la productivité et de réduire les coûts de production.

Chez Van Hool, la production de véhicules industriels se caractérise aujourd’hui par une automatisation extrêmement poussée et une flexibilité inégalée. La programmation entièrement automatisée de robots de soudure constitue la dernière pièce du puzzle apportée dans le cadre d’un trajet d’innovation fascinant.

En compagnie de Sirris, ASCO a optimisé pour l'impression 3D une pièce équipant déjà les ailes d'avion. Les partenaires ont mis au point une pièce non seulement polyvalente mais dont le poids a également été réduit de 30 pour cent, ce qui permet dès lors de réaliser des économies. Dans la foulée, le rapport buy-to fly a été ramené de 17 à 1,5.

L’ère des robots commence dans les années 1980 pour Sirris - à l’époque WTCM/CRIF - avec l’entrée du premier robot à la KULeuven. Sirris avait vu tout de suite la relation avec les besoins du secteur industriel; entretemps, Sirris n’a pas cessé de développer son savoir concernant les robots et les nombreuses possibilités d’application, pour être ainsi en mesure de conseiller et aider les entreprises dans toute la mesure possible.

Katacon Europe se déroulera les 18 et 19 avril à Amsterdam. Le programme s’annonce copieux : nombreux ateliers, présentations et témoignages d’organisations de référence. L’un des temps forts sera sans aucun doute l’intervention du prix Nobel Carl Wieman.

Avec son usine de fabrication additive intégrée, Sirris démontre que la fabrication additive est prête à passer le cap de la production. L’inauguration a eu lieu le 14 novembre. Combinant plusieurs technologies, la ligne pilote - un investissement de 2,5 millions d’euros - est une première pour la Belgique et à l’étranger.

Lors de la première édition d''Agoria embracing start-ups: the Industry Sessions' le 6 décembre dernier, des start-ups et des scale-ups belges se sotn présentées grâce à des pitch percutants et inspirants. Découvrez ici le coeur de leurs présentations !

Save the date - mardi  20 mars 2018 à partir de 17h.

Industries du futurs: Passez à l´action

Pages