Human Centered FR

Tout le monde n’aime pas le changement. Dans un précédent article, nous nous sommes intéressés à la manière dont les collaborateurs pouvaient être incités à envisager le changement autrement. Il s’agit à présent de passer à l’action et de donner forme à ce changement.

Le monde change continuellement. Si le fait a été observé au fil des siècles, on ne cesse de répéter que le rythme de ce changement s'est particulièrement accéléré de nos jours par rapport à il y a 100 ans, ou même moins longtemps que cela. De ce point de vue, il est assez surprenant de constater que la manière dont nous envisageons le travail, elle, n'a pas tant évolué que cela durant le siècle qui vient de s'écouler.

Les RH s'intéressant aux personnes, nous aimons savoir quel regard les autres disciplines portent sur ces mêmes personnes. Un modèle intéressant est celui de Bohlen, Beal et Rogers de 1957 : leur « Innovation Adoption Lifecycle Model » répartit les personnes en cinq catégories, en fonction de la vitesse à laquelle elles adoptent le changement. Un exemple classique consiste à catégoriser les consommateurs pour expliquer l’acceptation de la technologie :

‘Pourquoi travaillons-nous ? Si vous posez cette question à différentes personnes, vous obtiendrez probablement des questions différentes. ‘Pour le plaisir’, ‘parce que j’aime ce que je fais’, ‘pour aider des gens’… Ce ne sont que quelques-unes des réponses possibles. Il est probable que très peu d'entre elles donneront comme première (ou unique) motivation : ‘le salaire que l’on me verse pour ce travail’. Si vous vous posez la question à vous-même, que répondez-vous ?

Numérisation, Big Data, Internet des objets, robotisation… Il est évident que la quatrième révolution industrielle est en train de transformer fondamentalement notre économie et notre marché du travail. Quel en sera l’impact sur le monde de l’emploi ? Et comment les entreprises peuvent-elles se préparer concrètement à la révolution numérique ? Les experts d’Agoria Jeroen Franssen et Robrecht Janssens se penchent sur ce thème brûlant.

Depuis le 4 février, la Belgique compte sept usines du futur de plus : Biobakkerij De Trog, E.D.&A., JTEKT Torsen Europe, Ontex, Punch Powertrain, TE Connectivity et Van Hoecke NV ont été récompensées par ce label pour leurs efforts. Ces dernières années, ces entreprises ont tellement investi dans les technologies de production dernier cri, la numérisation, l'innovation sociale et l'écologie qu'elles figurent aujourd'hui dans le peloton de tête. Nous allons examiner ces entreprises hors du commun une à une. (avec vidéo)

Les collaborateurs d'une entreprise sont déterminants pour le succès de celle-ci. Lorsqu'ils vivent leur job comme un défi permanent et riche de sens, ils s'impliquent d'autant plus. Avec son programme Made different, Agoria aide les entreprises à se concentrer sur les besoins des personnes au sein de l'entreprise, de façon à ce qu'elles trouvent l'équilibre parfait entre les obligations qui leur sont imposées et leur désir d'autonomie.

En insufflant une vision d’avenir et en confiant des responsabilités à vos collaborateurs, vous leur permettez de se développer et de se sentir bien au travail. Une bonne chose pour votre entreprise et vos clients.

Sirris a accepté l’invitation de l’EU-Japan Institute for Industrial Cooperation de passer une semaine au Japon ; nous y avons assisté à une série de conférences et visites d’entreprises. Notre mission : découvrir les dernières tendances et idées au Japon en termes de World Class Manufacturing. Nous rapportons ce que nous avons appris au Japon dans une série de blogs. Après Toyota, nous avons visité AVEX, un précurseur dans le domaine de la production centrée sur l’humain.

Le programme des Factory of the Future Awards se concrétise de jour en jour et l’orateur principal a été, entre-temps, dévoilé. Pascal Bos, de la société néerlandaise JAZO Zevenaar, traitera de l’approche à visage humain de cette entreprise de fabrication, approche baptisée 'PRET' (qui veut dire ‘plaisir’ en néerlandais).

 

Pages